Critique 


Critique n° 852 : Claude Lanzmann. "Une force qui va"

à paraître

2018
96 pages
ISBN : 9782707344649
12.00 €

S'abonner

Version numérique

Claude Lanzmann, depuis son adolescence, peut réciter des pans entiers de La Légende des siècles. Mais c’est à Hernani qu’on songe devant tant d’élan : « Je suis une force qui va. ». Un Hernani de la liberté, non de la fatalité. Un homme de désir : « Mais mon désir, ce fut une fulgurante évidence, triompherait de tous et de tout » – cette phrase de ses Mémoires sonne comme une devise sur un blason.
Alors que vient de paraître, sous la direction de Juliette Simont, un volume qui lui rend hommage, Critique a souhaité saluer cette œuvre de vie dont la ligne de crête court de Shoah au Lièvre de Patagonie sans s’y résumer. Nous donnons ici la parole à plusieurs de ses lecteurs parmi les plus attentifs. Maxime Decout rend compte de l’essai qu’Éric Marty a récemment consacré à Shoah. Marc Cerisuelo relit pour nous Le Lièvre de Patagonie. Le philosophe Patrice Maniglier nous parle de l’homme, de l’œuvre et de la revue à laquelle il est lui-même désormais associé : Les Temps modernes, consœur légèrement aînée de Critique. Michel Deguy, vivant trait d’union entre les deux revues, ouvre la marche avec un portrait sensible de « Lanzmann en Claude ».

Sommaire

Michel DEGUY : Traits distincts de Lanzmann en Claude

Marc CERISUELO : Un journaliste des profondeurs

Maxime DECOUT : Autour de Shoah. Nommer, dé-nommer, métaphoriser

ENTRETIEN

Patrice MANIGLIER : Hériter du xxe siècle. Lanzmann, Shoah et Les Temps modernes

*

Frank-Rutger HAUSMANN : Plus dure sera la chute. Le « cas » Hans Robert Jauss

Nathalia KLOOS : Pascal Quignard. Le vertige de l’Origine

Philippe GARDY : Yves Bonnefoy et l’occitan. Parole du silence, langue de la poésie

Pedro CORDOBA : Une philosophie de cape et d’épée. Le « Pecca fortiter » d’Alain Roger

 





Toutes les parutions de l'année en cours
 

Les parutions classées par année