Philosophie


Revue Philosophie

Philosophie n° 145 : Foi et croyances religieuses

à paraître

2020
160 pages
ISBN : 9782707346278
13.00 €

S'abonner

Version numérique

Ce numéro s’ouvre par un texte présenté, annoté et traduit par Stéphane Ferret, qui est un document d’une portée historique indéniable : la dénonciation, par l’anatomiste Danois Nicolas Sténon, de la philosophie de Spinoza à l’Inquisition romaine le 4 septembre 1677. Exhumé par l’historienne italienne Pina Totaro dans les archives historiques de la Congrégation pour la doctrine de la foi, ce document a permis de remonter la piste jusqu’au seul manuscrit de l’Éthique connu à ce jour.
La suite du numéro est un dossier intitulé « Foi et croyances religieuses », qui rassemble les contributions philosophiques de spécialistes de philosophie de la religion, et présente deux perspectives opposées sur la question, relevant respectivement des philosophies dites continentale et analytique. Le titre se justifie ainsi : l’identité entre les concepts de foi et de croyance religieuse s’avère problématique, la foi ne se situant pas nécessairement dans un espace épistémique marqué par l’opposition entre certitude intellectuelle totale et croyance susceptible de gradualité ; la foi religieuse n’est peut-être pas une croyance parmi d’autres, dont il s’agirait de mesurer le degré de validité ou la probabilité.
Ainsi, le texte de Vincent Carraud qui ouvre le volume montre comment, partant de la détermination canonique fides dicatur esse de obscuris, Descartes s’attache à penser la certitude sans évidence de la foi, et à distinguer la matière de la foi (ensemble des choses que l’on croit) de sa raison formelle (foi par laquelle on croit) : la foi comme modalité pourrait ainsi être une certitude de obscuris, supérieure à la certitude de la lumière naturelle relative aux choses claires et distinctes. La question de la certitude de la foi se poserait donc hors de cadre de l’épistémologie de la croyance, de la balance entre vraisemblance et invraisemblance d’une croyance mesurée à l’aune de la rationalité de ses motifs ou de la probabilité de son objet. De même, partant du constat que la religion s’exprime dans une langue formulaire (prières, confessions de foi, formules liturgiques) et que la philosophie de la religion est en conséquence analytique, Philippe Büttgen tâche de montrer qu’il faut une autre philosophie de la religion (non analytique) pour montrer pourquoi la foi est formulaire. Les textes d’Anthony Feneuil, Camille Riquier et Vincent Delecroix creusent cette thèse selon laquelle la foi est plus, et non moins que le savoir, la question de la religion se posant alors en termes autres que ceux de croyance et de savoir.
En contrepoint, le groupe de textes analytiques sur la croyance (dus à Paul Clavier, Cyrille Michon, Roger Pouivet, Ronan Sharkey et Yann Schmitt) tend à analyser le statut épistémique, propositionnel et existentiel des croyances religieuses : ces dernières possèdent-elles un statut intuitif ou relèvent-elles de la réflexion ? La foi religieuse est-elle une croyance propositionnelle (croyance que quelque chose est ainsi), une croyance en un être, une foi crédentielle (adhésion aux articles d’un credo), une foi globale (qu distingue une « personne de foi »), une foi doxastique (croyance sur la foi de quelqu’un), une foi d’acceptation, ou une foi-loyauté (fidélité envers quelqu’un) ? De quel ordre relèvent les raisons de la croyance religieuse, et faut-il substituer au concept de croyance celui d’acceptation ou d’adhésion ?
D. P.

Sommaire

Présentation du numéro
Par Camille Riquier

Présentation de La dénonciation par Nicolas Stenon (Niels Stensen)
Par Stéphane FerretDénonciation de Spinoza par Sténon
Traduit et annoté par Stéphane Ferret

Vincent Carraud
La foi n’est pas une croyance :
sur la définition de la foi dans la Lettre aux Hébreux

Philippe Büttgen
Formules de croyance et d’attestation

Anthony Feneuil
Le plus certain en soi
La foi comme affaiblissement de la croyance, d’après Thomas d’Aquin

Camille Riquier
Croire et savoir

Vincent Delecroix
Usages incrédules du religieux

Paul Clavier
Le spectre des croyances religieuses

Cyrille Michon
L’attitude propositionnelle de la foi :
Croire Dieu (que p)

Roger Pouivet
Le droit de croire qu’une seule religion est vraie

Ronan Sharkey
Avec quoi croyons-nous ?

Yann schmitt
Pourquoi accepter des contenus religieux sans y croire ?  

 

Précédents numéros





Toutes les parutions de l'année en cours
 

Les parutions classées par année