Romans


Hervé Guibert

L’Image fantôme


1981
176 pages
ISBN : 9782707305855
15.00 €


Critique de photo au journal Le Monde pendant plusieurs années, Hervé Guibert raconte ses antécédents photographiques : ses premières images érotiques, une séance de photo avec sa mère dont l'image ne devait jamais être révélée, la lente dégradation de la photo d'un ami condamné, des images fantômes ou cancéreuses, intimes au point d'en devenir invisibles. Il ne s'agit pas d'un texte théorique sur la photographie, mais d'une suite de récits qui explorent à travers des aventures personnelles, les différents types de photographies : la photo de famille, la photo de voyage, le photomaton, le Polaroïd, la photo porno, la photo policière, la photo divinatoire. Le récit oscille sans cesse entre l'image familiale et l'image amoureuse, les deux pôles nécessaires, ce qui explique la double dédicace du livre, aux parents, et à l'ami, T. Des personnages, en effet, apparaissent autour du narrateur, T., I., F., P..., seulement initialés, mais qui pourraient être ceux d'un roman.

ISBN
PDF : 9782707331656
ePub : 9782707331649

Prix : 10.99 €

En savoir plus

Michel Cournot (Le Nouvel Observateur, 19 septembre 1981)

Œdipe était-il photographe ?
Dans la chambre noire, Guibert fait des manigances magiques.
 
« (…) Il s'agit donc ici des photos d'enfants, de parents, de proches, d'amis, et des photos d'inconnus, découpées un jour quelque part, et qui viennent tenir un rôle dans l'expérience intérieure de quelqu'un. Que l'image photographique se mêle à l'immédiat de la conscience, qu'elle donne lieu à des phénomènes instinctifs de désir, d'autodéfense, ce n'est pas niable, tout un chacun en fait l'épreuve. Combien d'entre nous, déjà, ne continuent-ils pas d'être paralysés, en quelque sorte interdits, devant l'appareil photographique qui va les saisir ? L'angoisse n'est-elle pas ici sans mesure avec l'événement ? Ou cette angoisse serait-elle, au contraire, compatible avec tous les tenants et aboutissants de l'événement – que les récits d'Hervé Guibert découvrent avec netteté, sans aucun penchant pour le drame ? Mais Hervé Guibert montre à quel point, par exemple, la prise des photographies, leurs circonstances, leur nature, leur préservation se mêlent aux atomes les plus intimes des liens entre l'enfant, sa mère et son père, et, à l'occasion, orientent tels épisodes du devenir familial.
Ce livre n'est pas théorique du tout. Il n'est fait que de récits, d'histoires graves ou gaies. Pourtant, il suscite des réflexions d'ordre général. Entre autres, à propos du regain actuel d'intérêt pour les photographies d'art, pour les livres et expositions de photographies.
La lecture de L'Image fantôme, d'Hervé Guibert, agit ainsi un peu comme une manigance magique, qui fait lever, loin d'elle, images et questions. On verra d'ailleurs que l'écriture de ce livre, pourtant claire et simple, vivante, a quelque chose d'inhabituel, comme si la substance singulière de l'épreuve photographique avait dénaturé un peu, par contagion, les mots et la grammaire. La voix de l'auteur est très proche, mais elle a un accent étrange, non pas celui d'un pays autre, plutôt celui d'un entre-monde. »

 




Toutes les parutions de l'année en cours
 

Les parutions classées par année